Nos vins
Les fiches techniques
Maturité de nos vins
Gastronomie
A.O.C. teroir, climat et encépagement du Domaine de la Mordorée
  Nos terroirs
  Lirac
Tavel
Châteauneuf-du-Pape
Côtes-du-Rhône
  Historique
  Lirac
Tavel
Châteauneuf-du-Pape
Importateurs
Historique de Tavel

L’existence de vignes et de vignerons est très ancienne à Tavel ; en effet, des vestiges d’une cave romaine furent trouvés à Tavel avec de grandes quantités de pépins de raisins, preuves d’une activité vinicole à cette époque.

La renommée de Tavel est, elle aussi, ancienne ; ainsi Ronsard, Philippe le Bel, les Papes en Avignon, François Ier et Louis XIV ont aimé ce vin et ont vanté ses mérites. Cette qualité, les vignerons l’ont toujours défendue avec acharnement. Ainsi le 8 Avril 1716 les consuls de Tavel demandent la protection des autorités pour qu’aucune importation sauvage de raisin ne nuise à la réputation du vin de Tavel [1]. Puis par édit royal le 10 Septembre 1737 Tavel fera partie des villages autorisés à apposer le sigle CDR ou Côte du Rhône sur ses tonneaux, lequel sigle est la première délimitation d’une aire d’appellation couvrant plusieurs communes [2].

A cette époque, les vignes recouvrent 375 hectares et constituent la principale ressource d’un village de deux cents foyers. Suivra une période de forte expansion : en 1819 le vignoble atteindra 721 hectares. Puis le phylloxera détruit la presque totalité du vignoble : de 800 hectares en 1868 celui-ci passera à 50 hectares maladifs en 1870 ; le village déclinera en peu de temps, passant de 1314 habitants avant le phylloxéra à 611 habitants en 1931.

Alors les villageois ont cherché, à se diversifier dans l'élevage des vers à soie, l’huile d’olive, l’agriculture vivrière ou à se faire engager dans les mines de phosphates creusées dans les collines environnantes. Ces tentatives n’ont duré que quelques années et déjà en 1887 les vignerons de Tavel parient à nouveau sur la vigne.

En effet, en 1887 fut effectué le premier achat de plants américains à Tavel ce qui fut la seule réponse adaptée au fléau phylloxéra [3] et en 1914 le vignoble atteignit 195 hectares, 260 en 1926 et 960 aujourd’hui. Ce dynamisme des vignerons se retrouve dans la défense du vin de Tavel, de sa réputation et de son aire de production ; ainsi en 1902 est créé le syndicat des propriétaires viticulteurs de Tavel qui oeuvrera pour la défense du vin de Tavel et de son « authenticité », de sa typicité dirions-nous aujourd’hui. En 1928 ce syndicat se lance dans un procès en délimitation appellation qui définira l’aire de production de Tavel. C’est tout naturellement en 1936 que Tavel est un des premiers crus à recevoir le label AOC.

De nos jours, la plupart des tavellois poursuivent leurs efforts qualitatifs tout en essayant d’utiliser le moins possible de produits phytosanitaires dangereux pour l’homme et l’environnement. Ainsi Tavel fait partie des villages pionniers en matière de lutte raisonnée [4].

Aujourd’hui le vin de Tavel est présent sur toutes les cartes des restaurants notés trois étoiles au guide Michelin en France et se vend bien à l’export où il est présent dans tous les grands pays consommateurs.

 

[1] dans « La trame du vignoble  page 104 de Jacques MABY aux éditions A. Barthélemy Avignon
[2] faisaient partie de ce noyau historique des Côtes du Rhône : Tavel Lirac, Saint Laurent des Arbres, Saint Génies de Comolas et Roquemaure, puis un peu plus tard : Orsan, Chusclan et Codolet
[3] le phylloxera est un pou qui vit sur les racines des plants et fait rapidement dépérir la vigne
[4] la lutte raisonnée est une méthode récente de lutte contre les parasites et maladies de la vigne basée sur l’observation des cycles végétatifs et de reproduction des parasites qui s’emploie à n’utiliser que le minimum des produits phytosanitaires en calculant le moment opportun, la pose des capsules de phéromones faisant également partie de cette démarche.

Bibliographie :
• Les vins du Rhône et de la Méditerranée aux Editions Montalba par un collectif d’écrivains dont Jean GIONO, Marie MAURON, Henri BOSCO et Pierre CHARNAY en 1978.
• La trame du vignoble de Jacques MABY aux Editions Barthélemy en 1995,
• Tavel sur la Côte du Rhône de Jean REBOUL aux Editions Lacour en 1990,
• Tavel Cité du Premier Rosé de France d’Alfred CHABAUD publié en 1999.

 
Haut de page